Livre d'Or
  • Pascaline DECHOZ
    C’est là que tout bascule et que vous déposez vos valises à l’entrée du long
    couloir menant à l’étage et votre lieu de repos, époustouflé par tant de formes et
    de couleurs autour de vous.. . Point de répit ici ! car aussitôt vous êtes assailli de
    toutes parts , là par de formes inattendues , complexes, d’improbables
    rapprochements de matières, de contacts provisoires entre sinuosités infinies et
    blocs massifs en devenir et là, par des lumières mouvantes dans leurs formes et
    changeantes dans leurs reflets à moins que ce ne soit des photos incandescentes
    ou peintures troublantes .
    Vous venez d’entrer dans l’univers de Philippe Garsi , sculpteur sur matériaux
    de récupération , ou « gratteur d’art » comme le définit si bien sa femme .Mais
    il s’agit bien alors du seul qualificatif qu’il accepte d’entendre ; car des
    classifications , des orientations forcées , des contraintes réductrices , l’artiste en
    a eu pour son compte .Cela a commencé à l’école qui lui cloua l’étiquette de gaucher contrarié , ce qui était , en somme, un traumatisme très répandu dans les
    années 60 , mais qui a développé chez lui une entrave toute puissante , avant de
    devenir créatrice des années plus tard et Philippe Garsi continue encore
    aujourd’hui de fuir ce qui a bien failli l’empêcher de naître à la créativité. Voilà
    donc l’une des clés pour comprendre le souffle de son art que vous ressentez en
    entrant dans la lumineuse galerie ‘Troudart’de Peyreleau, bientôt relayé par les
    rumeurs silencieuses des sculptures sur lesquelles se pose le regard du voyageur
  • BEN VAUTIER FR

    PHILIPPE

    SCULPTE

    LA VIE